Une communauté nouvelle surgie dans la prière sous le souffle de l'Esprit Saint
Notre fondateur

Jacques RoyNé à Notre-Dame de Charny, le 5 février 1930, c'est à Drummondville que le frère Jacques a vécu son enfance et sa prime jeunesse.
 
Entré chez les Capucins en 1949, il y consacra plus de 15 ans de sa vie à titre de frère lai sous le nom de frère Jacques-Marie. Mais il dut quitter la communauté dans l’obéissance à son guide spirituel pour répondre à un appel au sacerdoce. Il entreprit alors de compléter des études classiques au séminaire St-Victor de Beauce, puis au séminaire St-Augustin de Cap-Rouge, pour se retrouver finalement étudiant en théologie à l’UQTR.
 
En 1973, un temps de convalescence le contraignit à suspendre ses études. En septembre de cette année-là, alors qu'il participait à une soirée de prières, il fut interpellé d'une manière extraordinaire, comme il en témoigne dans ses notes personnelles.

Des jeunes gens se joignirent peu à peu à lui dans leur soif d'apprendre les rudiments de la foi et de la prière, et de connaître les principes de la vie spirituelle. En 1974, à Trois-Rivières toujours, un de ces jeunes vint à lui pour se donner à Dieu, donnant ainsi naissance à la petite communauté des Pauvres de Saint-François dont il a assumé la direction jusqu'à ce jour à titre de frère berger. Sa formation capucine lui fut un atout précieux pour initier et former ses jeunes frères à la vie religieuse, à l’école de St François, le petit pauvre d’Assise, mettant l'accent sur la vie fraternelle.

Sous sa houlette, les Pauvres de Saint-François, voués à la proclamation prophétique de la Parole de Dieu, ont œuvré jusqu'à ce jour à l'animation de groupes de prière, et pendant plusieurs années à l'animation d'émissions d'enseignement religieux sur les ondes de divers postes de télévision communautaire. Beaucoup ont pu bénéficier de ses talents de communicateur et de vulgarisateur de la Parole de Dieu, et retrouver à son écoute et à son contact "la joyeuse fierté de l'espérance" chrétienne (He 3, 6).
 
Sous son impulsion prirent forme la communauté des Pauvres Dames de Saint-François (en 1978) et les Auxiliaires des Pauvres de Saint-François, corporation regroupant les amis spirituels de l'OEuvre (en 1979).
 
Musicien de talent et doué pour la direction chorale, le frère Jacques voyait dans le chant sacré un excellent moyen de toucher les coeurs par la Parole de Dieu chantée. Il mit tout son soin à faire de l’Office divin chanté communautairement une louange à Dieu digne de ce nom; sous sa direction, les Pauvres de Saint-François ont été amenés à collaborer régulièrement à l'animation d’événements liturgiques divers par ce moyen du chant choral.
 
Le frère Jacques était convaincu que le premier agent du renouveau ecclésial et de la nouvelle évangélisation ne pouvait être que l’Esprit Saint. Aussi mit-il tout son zèle à garder bien vivants les charismes de l’Esprit au sein de la communauté des Pauvres de Saint-François et à en montrer l’importance et la nécessité dans la vie de l’Église. Il est l'auteur de quelques ouvrages spirituels traitant précisément des dons et charismes de l'Esprit Saint, ouvrages rédigés dans le but de faire connaître l'Esprit et ses dons, et de venir en aide aux responsables et aux adeptes du Mouvement du renouveau charismatique.
 
Outre ses frères et ses soeurs dans la foi, outre ses amis spirituels qui lui sont redevables devant Dieu, Jacques laisse dans le deuil quelques parents, les plus proches étant sa soeur Rita et son frère Jean.
 
Toute sa vie, le frère Jacques a voulu être vrai, ce qui fut la cause indéniable d’authentiques conversions, mais ce qui lui valut par contre quelques inimitiés et de regrettables incompréhensions. Son amour de la Parole de Dieu et sa fidélité à la sainte Église catholique romaine ne le firent jamais broncher quand il s'agissait de montrer où est la Vérité et Qui est la Vérité.
 Jacques Roy

Le décès du frère Jacques Roy, fondateur des Pauvres de Saint-François, est survenu au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières – Pavillon Ste-Marie (CHRTR), le 17 juillet 2014, des suites d’une pneumonie et de complications liées à son état de santé déjà fort précaire. Il était âgé de 84 ans.

Cet homme de foi, entier et ardent, n’a laissé personne indifférent. Plusieurs lui doivent leur conversion, ou lui sont redevables de lumières spirituelles les ayant conduits au redressement de leur vie chrétienne. Nous, ses frères et ses soeurs dans le Christ Jésus et en saint François, vous demandons humblement de prier le Seigneur de miséricorde d'accueillir en son Royaume celui qui a si vaillamment témoigné de Lui en ce monde.
 
Puisse l'Oeuvre dont il a été l'initiateur et le guide trouver son heureux épanouissement dans l'Église de notre temps.

Juillet 2014